Formation d'ingénieur... vers une nouvelle voie ?

Formation d'ingénieur... vers une nouvelle voie ?

 

Ecoles d’ingénieurs ou filières à prépas intégrées : en France, la sélection est sévère. Et les cursus, souvent critiqués. Où en est-on aujourd’hui ? Le point sur des formations qui, tout en continuant de faire leurs preuves, ne font pourtant pas l’unanimité.

 

Ingénieurs français : durement sélectionnés, mais toujours réputés

Un rapport publié en octobre 2010 par l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES) pèse points forts et inconvénients des formations « à la française » au métier d’ingénieur.

Le système de nos écoles d'ingénieurs (en 5 ou 3 ans, après classe préparatoire et concours), très sélectif et faisant la part belle aux classements en tous genres, a « l’avantage d'attirer vers la formation d'ingénieur des étudiants d'excellent niveau […]. On lui attribue également les vertus d'une formation par le stress dans les années de classe préparatoire. Il apparaît donc à ce titre particulièrement adapté à la formation de certaines catégories d'ingénieurs de haut niveau ».

 

« Formation universitaire au métier d’ingénieur »

C’est l’intitulé du fameux rapport… et peut-être une nouvelle voie à explorer en France.

Le texte indique, certes, que « beaucoup de pays auraient intérêt à monter des filières sur le modèle de l’ingénieur à la française ». Mais il insiste également sur le fait que ces filières et écoles d'ingénieurs à classe préparatoire intégrée « ne couvrent pas tous les besoins d’un marché en ingénieurs très multiforme ».

Ce faisant, et constatant que l’université française ne propose, à l’heure actuelle, aucune formation en ingénierie visible et bien encadrée mais une offre pour le moins dispersée de « micro-spécialités » (informatique, chimie, btp, ...), il envisage une nouvelle voie : la mise en place d’un référentiel pour la formation universitaire au métier d'ingénieur, afin de labelliser des "masters en ingénierie".

Cela permettrait également de proposer une alternative à la sélection par les mathématiques, qui opère toujours à l’entrée de nos écoles d’ingénieurs.

 

Écoles d’ingénieurs et universités : compétition ou complémentarité ?

Levée de boucliers parmi les grandes écoles d’ingénieurs à la publication dudit rapport : tout en soulignant l’existence, à l’université, de très bonnes formations d’ingénieurs, elles rappellent que l’AERES n’est nullement habilitée à proposer des réformes !

Le pavé a tout de même été jeté dans la mare. Saura-t-il, sans éclabousser nos écoles ni les ingénieurs de haut niveau qui en sortent chaque année, les associer à une ouverture plus large des formations à l’ingénierie ? Affaire à suivre !

 

 

Lecture recommandée sur ce thème

Qui sont les ingénieurs en France en 2013 ?

La 24ème enquête socio-professionnelle de l’IESF (Ingénieurs et Scientifiques de France) nous permet de dresser le portrait robot 2013 des ingénieurs diplômés par les écoles d'ingénieurs françaises habilitées par la CTI. 

La formation des ingénieurs en 2008

Les résultats de l'enquête 2008 du CNISF sur la situation des ingénieurs en France nous donne de nombreuses indications sur la formation des futurs ingénieurs. Ainsi, contrairement aux idées reçus, on remarque que seulement 53,4% des ingénieurs diplômés sont passés par une classe préparatoire. Plus de 22% des diplômés ont ainsi intégré une école d'ingénieurs dès l'obtention du bac tandis que 11,7% ont intégré une école après un DUT ou un BTS.

Le Bachelor Européen Développeur Web

Le Bachelor Européen Développeur Web permet aux titulaires d'un Bac +2 de se perfectionner dans les domaines de l'administration d'un site web et des réseaux internet.

 

Haut de Page