La CDEFI décrypte les chiffres des effectifs des écoles d'ingénieurs

CDEFI -Conférence des Directeurs des Écoles Françaises d'Ingénieurs

 

La CDEFI décrypte les chiffres

des effectifs des écoles d'ingénieurs

 

En France, le titre d'ingénieur diplômé sanctionne une formation supérieure de niveau bac + 5. Celle-ci est dispensée par une école d’ingénieurs, quelle que soit sa typologie ou son statut , qui doit être accréditée par la Commission des titres d'ingénieur (CTI).
En 2017-2018, les formations d’ingénieurs restent parmi les plus attractives des formations du supérieur avec un nombre d’inscriptions en hausse pour la neuvième année consécutive et une croissance de près de 4 % par rapport à l’année précédente. 

 

 Dans cette publication, la CDEFI a donc décidé de traiter des effectifs d’inscrits en formation d’ingénieurs lors de l’année académique 2017-2018, et de leur évolution depuis 1990. Cette population comprend les élèves-ingénieurs inscrits spécifiquement en cycle ingénieur (bac+3 à bac+5), sur laquelle un focus sera réalisé, mais également les apprenants recrutés à partir du niveau bac (hors effectifsspécifiés en cycle préparatoire intégré ou CPI).

 Effectif d’apprenants en formation d’ingénieurs en 2017-2018 

Au cours de l’année académique 2017-2018, 158 774 apprenants ont été recensés dans une formation d’ingénieurs, de niveau bac à bac+5. Comparativement à l’année précédente, il s’agit d’une augmentation de +4,1 % de la population à périmètre constant, essentiellement portée par les écoles d’ingénieurs privées (+9,9 %).

 

La hausse de +1,6 % des effectifs pour les écoles publiques par rapport à 2016-2017 est liée à celle mesurée pour les établissements publics sous tutelle d’autres ministères ou d’une collectivité locale (+4,0 %). Pour les écoles sous tutelle du MESRI, cette croissance est de +1,0 %.

Depuis 2012, le nombre total d’apprenants en formation d’ingénieurs a subi une hausse de 18,2 %. Avec 13 452 apprenants, les formations d’ingénieurs en partenariat (FIP) représentent 8,5 % des apprenants en formation d’ingénieurs en 2017-2018 contre 8,2 % en 2016-2017. Parmi les 158 774 apprenants, on distingue également 351 jeunes au sein d’une formation d’ingénieurs de spécialisation.

 

 Répartition des effectifs par typologie d’écoles pour l’année 2017-2018

Les écoles publiques totalisent le plus grand nombre d’inscrits en formation d’ingénieurs pour l’année académique 2017-2018, avec 108 685 apprenants - soit 68,5 % de l’effectif total en formation d’ingénieurs.

On peut distinguer les établissements sous tutelle du MESRI, qui ont accueilli 86 349 apprenants en formation d’ingénieurs, soit plus de la moitié de l’effectif total (54,4 %), et les écoles publiques sous tutelle d’un autre ministère ou d’une collectivité locale qui comptent 22 336 jeunes (14,1 % de l’effectif total).

Les écoles privées représentent 31,5 % de l’effectif total d’apprenants pour 2017-2018, avec 50 089 jeunes recensés.

Lorsque l’on se focalise sur les apprenants en cycle ingénieur (bac+3 à bac+5), les écoles publiques représentent également le plus grand nombre d’élèves-ingénieurs (101 765) - soit 71,7 % de l’effectif total.

Répartition de l’effectif total d’inscrits en formation d’ingénieurs en 2017-2018
en fonction de la typologie d’écoles (FIP inclues) Source : MESRI- SIES / système d’information SISE
 

 Répartition des effectifs selon la discipline

En 2017-2018, la majorité des apprenants sont inscrits dans une formation d’ingénieurs rattachée à l’une des trois disciplines suivantes :

  • « Ingénierie et techniques apparentées » (21 %),
  • « Industrie de transformation et de production » (21 %)
  • « Électronique, électricité » (12 %).

Cette répartition est similaire lorsque l’on se penche sur la population d’élèves-ingénieurs, avec les taux respectifs de 21 %, 19 % et 12 % pour ces mêmes domaines de formation. 

 

 Répartition des effectifs par académie et par région académique

Pour l’année académique 2017-2018, les académies enregistrant le plus grand nombre d’apprenants en formation d’ingénieurs, mais également d’inscrits en cycle ingénieur (bac+3 à bac+5), sont respectivement celles de Versailles, Lyon et Créteil, comme l’année précédente.

Les académies déclarant les plus importantes hausses des effectifs en formation d’ingénieurs entre 2016-2017 et 2017-2018 sont celles de Créteil (+13 %), d’Aix-Marseille (+12 %) et de Rouen (+11 %).

 

Depuis la réforme territoriale, 17 régions académiques ont été mises en place sur le territoire à partir du 1er janvier 2016. La CDEFI a donc analysé la répartition des effectifs d’apprenants en formation d’ingénieurs (et notamment d’élèves-ingénieurs) par région académique pour l’année 2017-2018, ainsi que pour l’année 2016-2017 pour comparaison.

La région académique Île-de-France totalise 42 347 jeunes en formation d’ingénieurs, dont 38 029 élèves ingénieurs, soit plus d’un quart de l’effectif total d’apprenants en formation d’ingénieurs ou en cycle ingénieur (27 %).

C’est la région académique Auvergne-Rhône-Alpes qui se place en seconde position en termes d’effectif, avec 23 272 inscrits en formation d’ingénieurs, dont 20 715 élèves-ingénieurs, soit 15 % des effectifs en formation d’ingénieurs ou en cycle ingénieur. La croissance annuelle des effectifs d’inscrits en formation d’ingénieurs pour cette région académique est par ailleurs de +2,6 %.

La région Hauts-de-France correspond à la troisième région académique en termes de densité d’apprenants en formation d’ingénieurs, avec 16 115 inscrits – dont 13 956 élèves-ingénieurs, soit 10 % des effectifs en formation d’ingénieurs recensés (+2,5 %) et de la population inscrite en cycle ingénieur.

Les régions académiques déclarant les plus importantes hausses d’effectif en formation d’ingénieurs entre 2017-2018 et 2016-2017 sont respectivement celles de Normandie (+9 %), de Provence-AlpesCôte d’Azur (+8,3 %) et d’Île-de-France (+6,3 %). 

 

 En 27 ans, les écoles ont enregistré une croissance de plus de 150 % de leurs effectifs (hors FIP), attestant de l’attractivité des formations françaises d’ingénieurs. Ce sont les écoles privées qui enregistrent la plus forte augmentation, avec des effectifs qui ont triplé (+225 %) depuis 1990, suivies par les écoles publiques sous tutelle du MESRI - dont la population en formation d’ingénieurs a été multipliée par 2,4 (+138 %), et par les écoles sous tutelle d’un autre ministère ou d’une collectivité locale, dont les effectifs ont doublé (+102 %).
 
Le nombre d’apprenants en formation d’ingénieurs (hors FIP) a augmenté de +63 % depuis l’année académique 2000-2001, et de +16,8 % depuis 2012-2013. On note un différentiel important dans la croissance en cinq ans entre les écoles privées et les écoles publiques.
Ainsi, les effectifs en formation d’ingénieurs inscrits dans une école publique ont progressé de 12,5 % (avec une hausse de 11,9 % recensée pour les écoles sous tutelle du MESRI et une augmentation de 14,8 % pour les écoles sous tutelle d’autres ministères), tandis que ceux des écoles privées ont augmenté de 27,4 % pour la même période.

En 2018, le monde de l'enseignement supérieur français compte 201 écoles d'ingénieurs :

  • 54 écoles privées ;
  • 112 écoles publiques exclusivement sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (dont 65 écoles publiques internes à une université) ;
  • 35 écoles publiques sous la tutelle d’un autre ministère ou d’une collectivité locale, ou sous une tutelle partagée avec un autre ministère. 

 

 Trouver une école d'ingénieurs

 

CDEFI - Conférence des Directeurs des Écoles Françaises d'Ingénieurs Toutes les actualités de la CDEFI

 Suivez la CDEFI sur les réseaux sociaux : @Cdefi   Compte Linkedin de la CDEFI

 

Lecture recommandée sur ce thème

Lauréates Ingénieuses 2019 : la question de l'orientation positive mise à l'honneur

Le jury Ingénieuses 2019 s’est réuni le lundi 15 avril 2019. Il a étudié 27 projets d’écoles, 115 candidatures d’élèves-ingénieures France, 37 candidatures de femmes ingénieures.Retrouvez ci les lauréates!

Lancement de l'opération Ingénieuses 2019 de la CDEFI

La CDEFI a lancé la 9ème édition de l'opération "ingénieuses".  Cette opération vise à favoriser l’orientation des jeunes filles vers les formations scientifiques et technologiques et les carrières d’ingénieur-e-s.

L’apprentissage en école d’ingénieurs a le vent en poupe

La CDEFI a mis en place un observatoire national des coûts de l'apprentissage pour les formations ingénieurs. Elle nous livre une enquête détaillée sur l'apprentissage en école d'ingénieurs et son évolution en France.

 

Haut de Page