" Ingénieur généraliste : un mythe ? " - Tribune du Délégué Général du Concours Alpha

" Ingénieur généraliste : un mythe ? " - Tribune du Délégué Général du Concours Alpha

Ingénieur généraliste : un mythe ? 

Le Délégué Général du Concours Alpha, revient sur les notions d'Écoles d'Ingénieurs "généralistes"  et d'Ingénieurs "généralistes" * : 

 

Il existe aujourd’hui plus de 200 écoles d’ingénieur-e (*) en France dont 80 recrutent directement après le bac. La recherche d’une formation d’ingénieur-e, lorsque l’on est en classe de Terminale, peut alors s’avérer compliquée. 

Face à ce large choix, de nombreux élèves optent pour des formations d’ingénieur-e se revendiquant « généralistes ». Ils espèrent obtenir le précieux titre et ont l’impression qu’ils n’auront pas à faire de choix de spécialisation.

Le terme « généraliste » associé au titre d’ingénieur-e existe depuis plus d’un siècle et demi. Cité en premier lieu par l’Ecole Centrale des Arts et Manufactures (l’École Centrale de Paris), l’ingénieur-e généraliste se définit alors comme « médecin des usines et des fabriques ». Il intervient principalement dans le domaine des sciences industrielles (issues de problématiques mécaniques). Plus tard, l’École des Mines précise la définition de l’ingénieur-e généraliste et y apporte des compléments disciplinaires (chimie, électricité etc.).

Avec l’évolution des sciences et des techniques, de nombreuses écoles d’ingénieurs-es se créent autour de thématiques d’études plus spécifiques pour répondre à des problématiques industrielles de plus en plus complexes. En parallèle à ce développement, les écoles généralistes mettent en place un système d’approfondissement qui conduit leurs élèves à se spécialiser progressivement au cours de leur cursus. 

La création de la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI), en 1934, conduit à la définition de plusieurs domaines d’intervention de l’ingénieur-e. A ce jour, la CTI reconnait 11 champs thématiques pour les formations d’ingénieurs-es dont aucun n’est « généraliste ».  Le modèle pédagogique de toutes les écoles répond à la définition du métier d’ingénieur-e défini par la CTI. « Le métier de l’ingénieur-e consiste à poser et résoudre de manière performante et innovante des problèmes souvent complexes, de création, de conception, de réalisation, de mise en œuvre, au sein d’une organisation compétitive, de produits, de systèmes ou de services, éventuellement de leur financement et de leur commercialisation. » À ce titre, l’ingénieur-e doit posséder un ensemble de savoirs techniques, économiques, sociaux et humains, reposant sur une solide culture scientifique.

En ce sens, quel que soit le champ thématique, tout ingénieur diplômé d’une école accréditée par la CTI à une vocation généraliste.

L’Ingénieur-e doit aujourd’hui aborder des questions complexes en prenant en compte les aspects techniques, économiques, managériaux et sociétaux en s’appuyant notamment sur les outils numériques. Alors si l’on devait recréer le modèle de formation « généraliste » à l’image de la définition qui en a été faite par l’Ecole Centrale au XIXème siècle, ce dernier s’appuierait aujourd’hui sur une formation orientée vers la maîtrise des systèmes d’information.

Enfin, dans un contexte ou l’expertise technique pointue est de plus en plus recherchée par les entreprises souhaitant gagner des parts de marché dans un monde globalisé, on peut s’interroger sur la pertinence du terme « généraliste » qui supposerait « aucune spécialisation » mais aussi « aucune expertise ».

Pour résumer, on peut considérer aujourd’hui que tout ingénieur-e est généraliste de son secteur d’intervention

Vous le verrez très vite sur le portail APB car au moment de votre choix dans la rubrique « formations d’ingénieur-e », vous êtes invités à préciser votre recherche par « mots clés » qui correspondent de manière assez proche aux champs thématiques définis par la CTI. Le mot clé « Généraliste » n’en fait pas partie

 

(*) cet article est rédigé conformément au guide des bonnes pratiques sur l’égalité, publié par le ministère de l’enseignement supérieur.

 

 

Le Concours Alpha

Le Concours Alpha regroupe 6 écoles d’ingénieur Post bac du numérique et de la croissance verte : 

 

 

 Concours Alpha : Concours d'Écoles d'ingénieurs post-bac

 Toutes les actualités du Concours Alpha

 

 

 

 Écoles à la une


 

Haut de Page