Les Mines Saint Etienne soutient l'association Réussir aujourd'hui

L’association « RÉUSSIR AUJOURD’HUI », dont l’ objet est d’aider des adolescents et des jeunes adultes issus de milieux défavorisés à accéder à des cycles d’études supérieures en rapport avec leurs capacités, organise un colloque portant sur la thématique générale de l'accès des populations les plus défavorisées aux études d'excellence. 

L'École nationale supérieure des mines de Saint Étienne co-organise cette manifestation avec l'ENA, l’association des anciens de l’ENA, l'École Polytechnique, et l'ESSEC. Elle se déroule le 11 octobre 2011 à l’École militaire (Paris).

Depuis le lancement par « Réussir aujourd’hui » d’actions en faveur des meilleurs élèves des zones les plus défavorisées en 2004, de nombreuses initiatives ont été prises.

À Saint-Étienne, l’association « Réussir aujourd’hui » a démarré dans les locaux de l’école des mines en 2007, afin de réunir les jeunes de 3 établissements du second cycle du secteur : « le lycée Simone Weil, le lycée Jean Monnet et le lycée Étienne Mimard. Une dizaine de bénévoles, majoritairement des personnels de l’école mais aussi des retraités et de façon plus occasionnelle des doctorants ou des élèves ingénieurs, accueillent tous les mercredis après-midi deux cohortes d’élèves (entre 20 et 30 jeunes de premières et terminales) pour des activités variées visant à leur donner une culture générale et une plus grande ouverture d’esprit.

Ainsi, au programme de l’année dernière, se sont succédés des visites à la maison de la justice de St-Étienne, du site Le Corbusier à Firminy, de l’exposition Manufrance au musée d’art et d’industrie, un voyage à Paris, un séjour linguistique à l’étranger, des exposés (l’infiniment grand, l’eau), des séances de révision de l’oral de français et d’expression écrite … Récemment, des élèves ont participé au programme, les «Ecuries d’Eté», destiné à faciliter la transition souvent délicate entre l'enseignement secondaire et le supérieur, et permettant aux jeunes de se préparer en trois semaines à affronter le rythme et la charge de travail qui leur seront demandés dans les établissements qu’ils rejoindront quelques semaines plus tard.

L'intention du colloque du 11 octobre est de rappeler l’originalité de l’association fondée sur l'idée que le problème essentiel est celui de l'autocensure pour des motifs culturels et économiques, plutôt que sur une insuffisance de niveau des élèves concernés, et la proposition de modes de traitement de cette autocensure.

Pour Bernard Guy, délégué départemental de l’association et enseignant chercheur à l’école des mines de Saint-Étienne, » il s’agit d’aller chercher des jeunes prometteurs dans des quartiers prioritaires de Saint-Étienne, pour les aider à découvrir les clefs du monde contemporain et leur permettre de mieux se situer dans une réalité sociale complexe ». Tout comme ses collègues de l’association, il se réjouit de la proximité et du contact qui se nouent avec ces jeunes. « La rencontre hebdomadaire permet de créer une relation particulière entre le jeune et celui qui devient, avec le temps et les rencontres, un parrain d'études ». 

Les jeunes expriment la même satisfaction à rencontrer ces adultes stables, qui ont réussi, et à être accueillis au sein d’une grande école d’ingénieurs. 

Chérine TALJI, 18 ans, récente bachelière témoigne : « Ce que l'association m'a apporté toutes les semaines, tout du moins ce qu'elle m'a transmis, c'est l'ambition. J'ai toujours eu plein de projets un peu originaux et un peu fous pour mon niveau social, et j'avais besoin d'un soutien et d'encouragements pour réussir. Une fois la terminale arrivée, je me suis retrouvée seule et confuse face à mon avenir. L'association, m'a permis d'entretenir mon ambition, et même de la renforcer. En entrant dans l'association, je me suis sentie libre de devenir qui je voulais. Elle m'a offert l'accès à la culture dont j'avais toujours rêvé. Les membres de l'association ne m'ont en rien dicté mes choix, bien au contraire. Cependant, ils m'ont toujours rappelé que ma volonté et ma motivation étaient indispensables pour réussir. Je reviens juste de 10 jours à Taiwan où j'ai été invitée par le gouvernement Taiwanais pour célébrer le premier centenaire de Taiwan, peu après avoir été jeune ambassadeur de France aux Etats Unis . Aujourd'hui je m'apprête à m'envoler pour un an en Allemagne après avoir décroché une bourse, et je constitue mon dossier entant que candidate à la prestigieuse Université de Tokyo (Todai). Quoi qu'il arrive, l'association m'a appris que je n'étais pas qu'une moyenne trimestrielle mais aussi une lycéenne qui a des projets et qui doit les mener à bien »

Philippe Jamet, directeur de l’École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne conclut :

« Fondée voici deux siècles pour relever des défis économiques et sociaux, l’École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne est pleinement fidèle à sa plus noble tradition en soutenant les actions de l’association « Réussir aujourd’hui ». Avec une plus grande ouverture sociale, c’est un nouveau contrat d’excellence que conclut notre école. »

 

 

Vous cherchez une école d'ingénieurs ?

 
Plus besoin de vous déplacer sur les salons ! En quelques clics, vous identifiez les écoles d'ingénieurs que vous pouvez intégrer et qui proposent la spécialité que vous recherchez (Informatique, BTP, Environnement, ...).
 
 

 

PROGRAMME du 11 octobre à l’École Militaire, Amphithéâtre des Vallières, 1 Place Joffre, 75007Paris

Accès : METRO - Station Ecole Militaire (ligne 8), BUS - Arrêt Ecole Militaire (lignes 28, 80, 82, 87 et 92)

Les ateliers et débats seront animés par Mme Dominique ROUSSET, journaliste.

08h30 Café d’accueil

09h30 Ouverture 

09h45 Premier atelier : Qu’est ce que l’excellence ? Conception et perception de l’excellence par les différents acteurs (Educateurs, jeunes, employeurs…).

11h15 Sondage exclusif : Regards croisés des jeunes vivants dans les quartiers difficiles et des jeunes de la population générale sur les espoirs de réussite universitaire et la réalité de l’enseignement supérieur. Débat avec la salle 

12h30 Déjeuner 

14h00 Deuxième atelier : Quels regards portés sur les politiques publiques d’égalité des chances et leurs résultats dans les territoires défavorisés. Etat des lieux des politiques engagées sur la thématique de l’excellence au profit de ces publics. 

15h30 Troisième atelier : Des propositions en provenance du terrain. À partir des expériences des organisateurs et d’un dialogue avec la salle, faire émerger des orientations et des propositions concrètes pour l’avenir. Débat avec la salle.

17h15 Conclusion de la journée

 

 

Haut de Page