Zoom sur les études internationales à l’ESIEA

ESIEA : École d'ingénieurs du monde numérique


 Zoom sur les études internationales à l’ESIEA

 

À l’occasion de sa « Journée Internationale » du 19 octobre, l’ESIEA, l’école d’ingénieurs du monde numérique dévoile des nouveautés dans ses programmes, avec des enseignements intégralement en anglais et toujours plus tôt dans le cursus.
 

Une expérience à l'étranger est toujours particulièrement appréciée des entreprises, et la maîtrise de la langue anglaise, un impératif pour les jeunes ingénieurs. Attentive à l’avenir professionnel de ses étudiants, l'ESIEA encourage leur mobilité internationale et ce, dès la 1ère année, au travers de dispositifs individualisés qui s’adaptent aux parcours et objectifs de chacun. Chaque année, ce sont entre 150 et 250 de ses élèves qui effectuent un séjour à l’étranger et l’école dédie une journée complète à ce sujet : la « Journée Internationale ». Elle aura lieu le 19 octobre 2016, dans les locaux de Paris-Ivry de l’ESIEA.

 

 Nouveaux partenariats au Brésil et en Tunisie

Cette journée se veut l’occasion de faire le point sur les multiples possibilités de séjour à l’international que propose l’école qui compte une soixantaine de partenariats avec des établissements répartis sur tous les continents. Durant cet événement, les opportunités de missions et stages (techniques et de fin d’études) à l’étranger seront plus particulièrement mises en avant. Cette année, seront également présents les représentants de l’UFPA (Amazonie) et de l’EPI (Tunisie) qui ont récemment rejoint le réseau de partenaires ESIEA.
Lors de cette journée seront également présentés de nouveaux dispositifs destinés à faciliter l’apprentissage des langues et l’acquisition de connaissances en matière de relations interculturelles, indispensables à l’ingénieur.


 Des enseignements en anglais, dès la première année d’études

L’ESIEA permet déjà à ses étudiants de 4ème et 5ème année de bénéficier d’enseignements intégralement dispensés en anglais, par les professeurs de l’école, mais aussi par des intervenants d’universités et écoles partenaires.

Sécurité informatique, Management de projets, Méthodologie de résolution de problèmes, Programmation mobile, etc. peuvent ainsi être étudiés dans une langue commune aux professionnels du monde entier.

Désormais, c’est une immersion précoce dans la langue du numérique qui sera proposée aux étudiants de 1ère année puisque 40 places seront ouvertes dès la rentrée 2017 à ceux qui désirent suivre la majorité de leur cursus en anglais, sans attendre le cycle ingénieur.

 

 Les relations interculturelles, une autre spécialité pour les ingénieurs

Autre nouveauté 2016-2017 : l’ESIEA met en place un module conjoint avec son partenaire phare la Hogeschool van Amsterdam, dédié aux relations interculturelles. Conférences en anglais, échanges via Skype et réalisation de vidéos par les étudiants font partie du programme de ce module destiné à mieux comprendre les enjeux des relations entre les cultures dans le monde professionnel.

 

 Des départs « à la carte » tout au long du cursus

Un élève ingénieur à l'ESIEA se verra proposer plusieurs façons de passer une partie de son cursus à l'étranger (dont trois mois sont obligatoires) : en échange académique, pour un semestre ou un an, en stage, en mission humanitaire... Il est également possible de préparer deux cursus en un en complétant son diplôme ESIEA par l'un des 56 masters d'une université partenaire à l'étranger.

Ces doubles diplômes, en sciences informatiques, en management ou en business, sont une carte maîtresse pour travailler dans les entreprises internationales.


« Les entreprises, comme les recruteurs apprécient les expériences internationales car elles mettent en jeu des compétences indispensables à l’ingénieur qui sont moins discernables sur un simple C.V. : savoir réagir positivement à des environnements différents, être ouvert d'esprit et convivial, savoir poser les bonnes questions, résoudre rapidement des problèmes et ... savoir sortir des sentiers battus »souligne Susan Loubet, Directrice des relations internationales – ESIEA.

 

 Les summer schools de l’ESIEA

Enfin, des summer schools donnent aux étudiants de l’ESIEA la possibilité d'étudier pendant la période des vacances scolaires dans plusieurs pays étrangers et de s'ouvrir à d'autres cultures. De juin à août, chaque année, l'école envoie plusieurs de ses élèves ingénieurs: 

  • au Royaume-Uni,
  • au Japon,
  • en Corée,
  • en Chine
  •  ou à Taïwan.

Ils sont accueillis dans des établissements choisis pour la qualité de leurs programmes courts et y suivent des stages linguistiques intensifs accompagnés d'enseignements (en anglais) dans des domaines aussi divers que la sécurité informatique, les jeux vidéo, la création de contenus digitaux…


« Partir à l’étranger pendant ses études ne signifie pas seulement faire un voyage. Pour cette raison, l’ESIEA fait évoluer chaque année ses dispositifs, pour qu’ils puissent enrichir le parcours de chacun selon son projet professionnel. Grâce à cette approche, près de 15% de nos jeunes diplômés sont aujourd’hui en poste à l’étranger et certains y ont aussi créé leur entreprise» ajoute Susan Loubet.


Pour rappel : plus de 73 000 étudiants français suivaient une formation à l'étranger en 2015 *
*(Source Campus France-Unesco)

 

Journée Internationale - ESIEA 
Mercredi 19 octobre, 10h – 17h
74 bis Avenue Maurice Thorez, 94200 Ivry-sur-Seine

 

 

  École d'ingénieurs du monde numérique

 Toutes les actualités de l'ESIEA

 

Lecture recommandée sur ce thème

L’ESIEA dispose de sa propre plate-forme d’analyse d’objets connectés

L’ESIEA, école d’ingénieurs du Monde Numérique, dispose de sa propre plate-forme d’analyse d’objets connectés. Le laboratoire de cybersécurité CNS/(C+V)° de l'ESIEA-LAVAL a créé depuis deux ans une plate-forme d'analyse d'objets connectés baptisée "OpenDom'X".

C’SPACE 2018 : Sélection de deux projets de Air-ESIEA

L’association aéronautique et spatiale de l’ESIEA, Air-ESIEA, sera à nouveau présente à l’édition 2018 de C’Space. Forte de son expérience en conception et réalisation de fusées, CanSats et autre dispositifs volants (drones, hélicoptères, ailes volantes, etc.), l’association voit deux de ses projets sélectionnés par l’événement cette année : la fusée expérimentale "Deep Blue" qui mesurera l’accélération et l’altitude de l’engin en vol et la mini-fusée "IBICF" (pour I Believe I Can Fly) qui, elle, testera deux systèmes d’éjection de parachute (par la coiffe et latéral).

Big data, Intelligence Artificielle et Cancer : l’ESIEA implique ses étudiants

Aux côtés des étudiants de l’X et de ceux de Centrale-Supelec, les étudiants de l’ESIEA ont participé au programme de recherche scientifique collaboratif et ouvert Epidemium qui a pour objectif de mieux cerner les facteurs latents des différentes formes de cancer afin de pouvoir mieux prévenir ce mal. Ce projet d’Open Science correspond à des thématiques, sciences et technologies enseignées à l’ESIEA et étudiées dans son laboratoire de recherche LDR : Big data, Data Science, Intelligence Artificielle et Visualisation de données entre-autres.

 

Haut de Page