L’ESIEA prépare à découvrir d’autres facettes de l’informatique

 ESIEA : École d'ingénieurs du monde numérique

L’ESIEA prépare à découvrir d’autres facettes de l’informatique

 

Portrait de Thérèse Fernandes Seco, Manager de Ressources à i-BP Informatique Banque Populaire - Direction Edition logicielle domaines : Finance, Comptabilité, Risques et Conformité.
 
Ingénieur, diplômée de l’ESIEA en 2000, Thérèse Fernandes Seco exerce aujourd’hui au sein d’Informatique Banque Populaire en tant que Manager de Ressources. Son travail consiste à affecter les ressources humaines dont elle a la responsabilité (32 personnes en interne et un nombre équivalent en termes de prestation) aux différents projets de l’entreprise :
« C’est un travail qui réclame à la fois une excellente connaissance des compétences de mes collaborateurs et la capacité à identifier précisément les besoins nécessaires à la réalisation de projets qui mettent en jeu différentes expertises. Il met donc en jeu des compétences en termes de pilotage, d’organisation, de coordination, mais aussi de relation client. »
 

??Thérèse reconnaît avoir été très tôt attirée par l’informatique, un domaine dont la diversité et la rapidité d’évolution lui semblaient en adéquation avec sa personnalité et son désir de mouvement.

Elle intègre ainsi l’ESIEA en 1995, séduite par la devise de l’école, pionnière en termes de formation humaine :
« J’avais choisi l’ESIEA pour sa devise « Former l’Homme et l’ingénieur ». Aujourd’hui je reste persuadée que c’est encore ce qui fait la différence. Dans notre travail, ce qui compte est le savoir-être. Il permet à la personne de s’adapter et donc d’avancer dans un monde où rien n’est figé mais au contraire, en mouvement constant : il faut savoir saisir les opportunités et se faire confiance. Aujourd’hui, lorsque je recrute une personne, Je m’attache moins à l’expérience qu’au savoir-être. Je parie constamment sur le potentiel. »

 

Thérèse garde un excellent souvenir de ses d’études à l’ESIEA et de son année de présidence du Bureau des Sports (BdS) :
« Cela a été une très grande expérience ! Il fallait que les adhérents affluent pour remplir les caisses car la précédente gestion n’avait pas été très… efficace. Nous faisions concurrence à la machine à café avec des cafetières en libre-service, des tables de ping-pong et autres matériaux sportifs en prêt. Nous avions également créé des évènements dont « la 3ème mi-temps » - quelle que soit la discipline. Nous emmenions à chaque match des supporters, sans oublier des filles pour attirer les garçons ! Tous ces efforts ont payé et m’ont valu quelques années plus tard la surprise et le plaisir d’être nommée présidente d’honneur du BdS. J’ai trouvé cet hommage vraiment gratifiant ! À l’époque je n’avais pas mesuré les autres effets de mon action : rassembler des personnes que seule l’ESIEA rapprochait, faire tomber les barrières entre « années », renforcer l’esprit d’appartenance et développer un réseau. »

 

Une fois diplômée, Thérèse débute en tant que développeur informatique dans la SSII Unilog-Logica :« J'ai très vite su que je souhaitais m'orienter dans le domaine du management de projet et de ressources avec la volonté de découvrir de nouvelles facettes de l'Informatique. » 

Après avoir exercé dans plusieurs sociétés (Port autonome de Paris, STERIA, BI Consulting…), ce sont ces mêmes raisons qui ont conduit Thérèse à intégrer en 2014 Informatique Banque Populaire, une entité du Groupe BPCE :
« Cette nouvelle étape m’a permis d’évoluer dans mon métier d’informaticienne et d’enrichir mon expérience à ceux de la Banque … Au fil des années, j’ai eu la chance de travailler sur l’ensemble de la chaîne d’un SI tout en évoluant en responsabilités, de l’AMOA (Assistance à Maîtrise d’Ouvrage) à la production informatique et ce, sur des projets très variés, également en collaboration avec des métiers très différents. J’ai eu l’opportunité de travailler dans le contexte de projets de création, de refonte, ou encore de maintenance. Chaque fois, on m’a fait confiance et j’ai eu le plaisir de remplir mes missions avec succès. Je peux dire aujourd’hui que depuis mes débuts dans le métier de l’informatique, il y a dix-sept ans… je ne me suis jamais ennuyée et suis toujours aussi passionnée.» 

Enfin, Thérèse confie, pour l’anecdote, apprécier beaucoup la présence et la qualité du réseau d’Esiearques en France et à l’international ; un réseau qui aujourd’hui, fonctionne toujours pour elle, mais aussi, tout récemment, pour sa fille lycéenne :
« Ma fille rêvait de trouver un stage aux États-Unis alors qu’elle n’est encore qu’en seconde… elle s’est vraiment donné toutes les chances en fonction de ses moyens, mais sans succès. J’ai finalement fait appel à mon réseau… et une Esiearque vivant aux Etats-Unis, que je n’ai pas vue depuis près de 20 ans, m’a tout de suite proposé de l’aider et de l’héberger sur place. »
 

 En savoir +

 

  École d'ingénieurs du monde numérique

  École d'ingénieurs du monde numérique-Laval

IN'TECH Paris : l'École des métiers de l'informatique IN'TECH Agen

IN'TECH Paris : l'École des métiers de l'informatique  IN'TECH Dax  

IN'TECH Paris : l'École des métiers de l'informatique IN'TECH Paris

 

 Toutes les actualités de l'ESIEA

 

Lecture recommandée sur ce thème

L'ESIEA vous ouvre les portes des campus de Paris et Laval samedi 2 décembre 2017

L'ESIEA vous ouvre ses portes le samedi 2 décembre et vous reçoit sur ses campus de Paris et Laval.  Venez nombreux rencontrer les élèves et les  professeurs.

L’ESIEA finance les études de Catarina, 20 ans, attirée par la cybersécurité

Chaque année, la catégorie « Étudiantes » du Trophée Excellencia, encourage les projets professionnels de futures femmes du numérique en finançant leurs études dans l’école d’ingénieurs de leur choix. Catarina De Faria Cristas, l’une des lauréates 2017 a choisi l’ESIEA pour se consacrer à la cybersécurité, un domaine dans lequel les femmes sont encore peu nombreuses aujourd’hui.
 

2ème édition de la « ddc by esiea » du 13 au 17 novembre 2017

L’ESIEA, École d’ingénieurs du monde numérique, organisera du 13 au 17 novembre 2017 la seconde édition de sa « Digital Disruption Conference ».

 

Haut de Page