Journée des posters : Les étudiants de l’ESIGELEC démontrent leur savoir-faire

ESIGELEC

 Journée des posters

Les étudiants de l’ESIGELEC démontrent leur savoir-faire

 

La journée des posters est un temps fort de la formation des étudiants de 3e année de l’ESIGELEC. C’est l’occasion pour eux de présenter l’avancée de leur projet ingénieur, soit sous la forme d’un poster, d’une démonstration ou d’une vidéo.

Les projets ingénieurs sont menés par équipes de six étudiants, accompagnés par des encadrants d’une entreprise et un binôme de professeurs. Chaque équipe recherche un sujet, élabore le cahier des charges, effectue une étude de faisabilité, puis conçoit le projet lui-même avant de l’exposer lors de cette journée.

Une cinquantaine de projets était dévoilée, démontrant une nouvelle fois que l’ouverture vers le monde de l’entreprise est totalement inscrite dans l’ADN de l’école et de ses étudiants.

« Cette journée est un excellent entraînement au pitch », a constaté David Peroumal, qui avec son équipe a présenté un système d’instrumentation et de commande d’un fauteuil roulant, réalisé en partenariat avec l’Adapt (Association Nationale pour l’Insertion des Personnes Handicapées).

« Nous avons travaillé sur la mise au point d’un dispositif pour gérer la consommation d’énergie du fauteuil, via une application prédictive qui analyse le parcours (distance, pente, température extérieure, poids…) et l’énergie nécessaire pour l’effectuer », précise l’étudiant. Au fur et à mesure des réflexions, des nouveautés sont apparues comme l’intégration d’une alarme prévenant du niveau de charge des batteries. « Nous avons avancé très vite au début, puis les problèmes se sont présentés », se souvient-il. « Il a pu nous arriver de nous lancer dans des études qui n’étaient pas toujours pertinentes, mais aujourd’hui le projet est bien abouti ».

Déployer des solutions

Les projets couvrent un spectre très large, mais sont tous en lien direct avec des sujets forts, qui cherchent à répondre à des problématiques réelles. Certains étudiants sont très à l’aise dans la prise de contact et n’hésitent pas à interpeler le visiteur pour lui présenter leurs travaux, comme Elhadji Moussa Camara, intarissable et didactique sur son « générateur de stratégie de trading algorithmique ». « C’est de l’aide à la décision boursière », traduit-il. « Nous mettons au point un système de gestion de données complexe d’analyse des cours et des indicateurs pour générer un acte final d’achat ou de vente à découvert ». L’idée est née de Capfi, qui souhaitait avancer sur cette question cruciale en matière de bourse et qui s’est tournée vers l’ESIGELEC pour déployer des solutions.

Les entreprises sont très impliquées dans les projets ingénieurs, comme Thalès dans la conception d’un « banc de test moteurs en configuration back to back avec chargement actif ». Il s'agissait de créer un banc test pour les moteurs qui actionnent les panneaux solaires des satellites. « C’est un vrai défi technique », souffle Alexandre Marteau, leader du groupe.

« Thalès nous a fait confiance, nous a prêté des logiciels, du matériel, auxquels nous n’aurions pas eu accès. Un ingénieur est venu plusieurs fois pour échanger, finaliser les travaux ». Les professeurs de l’ESIGELEC ont aussi apporté un soutien fort, « beaucoup d’aide et de compréhension ». Les recherches seront poursuivies dans l’entreprise par une étudiante de l’ESIGELEC actuellement en alternance, ce qui démontre la validité et la qualité des projets. « Nous avons beaucoup appris, et ressenti beaucoup de satisfaction quand nous y sommes arrivés. Ces projets sont valorisants, nous avions le sentiment d’être en entreprise, cela sera très utile pour l’avenir et une ligne importante sur nos CV », constate Yousra Chouar, membre de l'équipe.

Très motivant

Certains groupes ont suffisamment avancé dans leurs travaux pour être présents à la fois sur un poster, une démonstration et une vidéo. C’est le cas du robot bipède intelligent, « que nous avons construit nous-même en impression 3D », déclare Bérangère Emery.

Là encore, on touche à des domaines sensibles et essentiels, en l’occurrence la reconnaissance faciale. « Ce fut un challenge de la concevoir en peu de temps et avec peu de budget », reconnait l’étudiante. Il a fallu élaborer des algorithmes de classification, de sécurisation, de machine learning, ce fut passionnant ». À terme le robot pourrait servir d’assistant à des personnes âgées. « Cette journée nous permet de faire des rencontres, avec les autres équipes, avec des entreprises, de parler de notre projet, c’est très motivant d’y participer ». Comme le résume Kelly Adjakidje, qui a travaillé sur la maintenance prédictive dans les chaînes de conversion d’énergie électrique : « cela nous aide à mieux englober les enjeux des domaines que nous étudions ».

 

ESIGELEC: Ecole Supérieure d'Ingénieurs généraliste  ESIGELEC 

 

 Toutes les actualités de l'ESIGELEC

 

 

Haut de Page